Traduction norvégien | Traducteur norvégien | Agence de traduction norvégien | Allemand-norvégien | Norvégien-allemand

Traductions vers et à partir du norvégien par des traducteurs spécialisés dont le norvégien est la langue de travail (traducteurs de langue maternelle)

Notre qualité – Votre garantie

Dès la réception de la commande et jusqu’à la livraison, notre agence de traduction travaille avec son propre logiciel de gestion de projets qui s’appuie sur les normes ISO 9002, DIN 2345 et EUATC, la norme de l'association européenne des fournisseurs de services linguistiques.

Les processus de traduction sont effectués conformément à la norme EN 15038, ce qui permet de garantir le respect de la forme et l’intégralité de la traduction.

Nos traducteurs professionnels dont le norvégien est la langue de travail traduisent tous les contenus dans la langue correspondante tout en restituant fidèlement le message initial. De plus, ils adaptent avec précision les traductions au groupe cible correspondant et veillent à préserver le style et la sonorité du texte source.

Le recours à la technique moderne permet par ailleurs de réutiliser des phrases déjà validées et de contrôler l’homogénéité de la traduction de vos termes techniques. Ceci permet de garantir un style cohérent pour toutes vos traductions vers et à partir du norvégien. Votre terminologie, vos remarques et vos corrections sont saisies par nos traducteurs dans des bases de données et prises en compte lors de tous les travaux en cours.

Nos domaines de spécialité : informatique, économie, droit, technologies de l’information, secteur bancaire, bâtiment, architecture, chimie, biochimie, médecine, pharmacie, marketing, communication, publicité. Assurance qualité comprise.

ConText®
Hindenburgstraße 10
55118 Mainz
Allemagne

Téléphone : +49 (6131) 55 434-0
Fax : +49 (6131) 55 434-20
E-mail : welcome(at)context-friends.de

Le norvégien – Particularités et diffusion

Le norvégien fait partie de la branche germanique nordique de la famille des langues indo-européennes. C’est la langue maternelle de près de 5 millions de Norvégiens. La plupart d’entre eux vivent en Norvège où le norvégien a le statut de langue officielle.

Le norvégien a été standardisé dans quatre formes différentes. Deux d’entre elles bénéficient aujourd’hui d’un statut officiel :

  • le bokmål ([bukmo:l], littéralement : la langue des livres)
  • le nynorsk ([ny:norsk], littéralement : nouveau norvégien)
  • le riksmål ([ri:ksmo:l], littéralement : langue du royaume ; bokmål très traditionnel, plus influencé par le danois, sans statut officiel)
  • le høgnorsk ([hø:gnorsk], littéralement : norvégien pur ; nynorsk très traditionnel, davantage influencé par la standardisation initiée à l’origine par Ivan Aasen, sans statut officiel)

Le bokmål/riksmål, souvent simplifié à tort « norsk » (« norvégien »), est écrit par environ 85 à 90 pour cent de la population norvégienne et n’est pas, d’un point de vue linguistique, une langue distincte d’origine. Il s’agit plutôt d’une sorte de danois partiellement norvégianisé, et par conséquent d’une langue dérivée du danois. Le riksmål est une variante non officielle qui ressemble au bokmål modéré : il est fidèle à la tradition littéraire dano-norvégienne et donc un peu moins « norvégianisé ».

En revanche, le nynorsk présente plus de similitudes avec les langues scandinaves occidentales comme le féroïen et l’islandais qu’avec le bokmål, le danois et le suédois. Malgré le préfixe « ny » (« nouveau »), le nynorsk (« nouveau norvégien ») n’est pas la plus récente, mais la plus ancienne des variantes norvégiennes officielles.

Quant au høgnorsk, il n’est parlé que par de petits groupes de personnes.

De plus, les deux variantes bokmål et nynorsk partagent de nombreux éléments avec le suédois. Les Norvégiens, les Danois et les Suédois se comprennent donc relativement bien entre eux, même si les Norvégiens comprennent mieux ces deux autres peuples que les Danois et les Suédois ne se comprennent entre eux. Les Norvégiens ont aussi des facilités pour apprendre le féroïen ou l’islandais. Les similitudes de vocabulaire sont estimées à plus de 95 % pour le danois et le norvégien et à environ 85 à 90 % entre le danois et le suédois.

Le norvégien trouve son origine dans le vieux norrois qui ressemble beaucoup à l’islandais. À l’époque de la Ligue hanséatique, le moyen bas allemand (Plattdeutsch) était la langue véhiculaire du nord. De nombreux mots de bas allemand ont été intégrés sous forme d’emprunts et de mots étrangers.

Le nynorsk est la langue officielle de 27 % des communes dans lesquelles vivent 12 % de la population totale ; parmi les autres communes, la moitié utilise le bokmål comme langue officielle et l’autre moitié est « linguistiquement neutre » (ce qui, en réalité, signifie la plupart du temps que les habitants parlent le bokmål).

L’accord linguistique pris par le Conseil nordique garantit également l’utilisation du danois et du suédois dans les écrits officiels. Cette décision s’applique réciproquement.